Pferde Stark’ 2005

jeudi 14 août 2014
popularité : 4%

Compte rendu des journées tractions animales en Allemagne à DETMOLD

Nous sommes partis tel les trois mousquetaires à la conquête de la traction animale allemande avec notre charrette pleine de petit matériel hyper performant c’est normal c’est le notre et on va voir ce qu’on va voir.

Après une halte pour la nuit à BADEN BADEN ou nous avons découvert la gastronomie locale très « typée » ; une démonstration de Jojo sur la circulation des ondes nocives dans la chambre de l’auberge et une maîtrise totale de sa part sur les émissions en langue allemande à la télé nous sommes repartis le lendemain avec notre pendule au nord toujours plus au nord.

Arrivés sur place nous avons investi un super marché pour pique niquer sur le parking après des achats judicieux pour un repas équilibré et écolo. Gros scandale " : pas une canette de bière à l’horizon » et après un temps de recherche important miracle il y a un deuxième magasin collé au premier et là : ha ha ha !! hé hé hé !! hohoho ! de la bière partout la caverne d’Ali qui nous laisse complètement BABA.

Repas mouvementé dans la discussion ( ha ! PROMMATA nous bouffe l’existence, mais bon la passion c’est aussi ça !).

Notre correspondant local : Thomas (un ancien de l’atelier) arrive tout sourire dehors et nous nous dirigeons vers LE lieu sacro-saint de nos futurs exploits ou déception il n’y a pas de vignes. Nous arrivons sur un site de cent hectares ou apparemment il n’y avait rien avant et que maintenant c’est un écomusée qui commence à ressembler à quelque chose ; tient il y a une vigne qui vient d’être plantée juste à côté de notre emplacement deuxième miracle de la journée elle n’y était pas ce matin au dire de Thomas (ha ! l’organisation allemande confirme sa réputation). Des exposants sont en train de s’installer et au premier coup d’œil le matériel présent est imposant et nous retrouvons pour de vrai le matériel qui avait été présenté en Ardèche en septembre l’année dernière en diapositives (colloque sur l’animal de trait, savoir-faire d’aujourd’hui) par Peter HEROLD. Le matériel de PROMMATA paraît un peu léger au premier abord, mais au fur et à mesure que nous l’installons nous sentons de la curiosité et de l’intérêt chez les gens qui sont là. Après avoir trafiqué une serrure pour ouvrir la porte du stand qui nous était réservé (hé ! les français à l’étranger retrouvent très vite « leurs instincts de base ») nous avons installé et préparé les panneaux, la doc. avec un encart en allemand présentant PROMMATA et oui ! des pros je vous dis que l’on a sur la préparation de notre participation à cet évènement.

Nous sommes prêts à recevoir le public et nous en profitons pour visiter le site, se présenter aux responsables que nous n’avons pas encore vu et rencontrer d’autres personnes connues ( Charlie PINNEY, J.L. CANNELLE, …).

Après un accueil chaleureux dans la famille de Marc et après avoir récupéré une autre traductrice en la personne de Martine le lendemain nous arrivons sur le site une heure avant l’ouverture officielle de la manifestation pour être prêt, mais nous arrivons en même temps que la foule qui arrive en grand nombre, à pied ou en attelages qui font des navettes toute la journée. Nous sommes installés sur le bord du chemin d’accès ce qui fait que nous allons avoir beaucoup de monde.
Cette manifestation est impressionnante par son organisation et le public présent ; personnellement je n’ai encore jamais vu ça. Très vite nous sommes un peu débordés par la demande et l’obstacle de la langue quand les deux interprètes sont déjà occupés nous a bien fait perdre quelques contacts, mais bon on s’en sort bien quand même.

Ces journées sur la traction animale sont vraiment très complètes : concours de débardage, une journée à un cheval une journée à deux chevaux, un super parcours aménagé. Un espace de présentation d’attelages à travers un parcours de maniabilité. Une présentation des machines présente sur le site avec remise de prix (le prix de l’innovation pour la petite kassine au milieu de tous ses outils imposants, bravo !!!).

Il y avait des parcelles à travailler foin, trèfles (faucher, andaîner, faner) ; une parcelle de blé qui sera moissonner ; une surface de maïs à biner. Un espace concours de labour ou de nombreux concurrents vont enfouir un engrais vert semé auparavant. Une parcelle de pommes de terre à récolter ou la Kassine a fait forte impression. Nous avons été surpris par les spectateurs à qui les organisateurs proposaient de ramasser les pommes de terre, il y avait pas mal de bousculades ; ah ! la passion des allemands pour la pomme de terre n’est pas un vain mot !!

Du côté des 3 rangées de vigne l’unique viticulteur présent sur la manifestation passait et repassait inlassablement des petites houes avec un cheval de trait bien sûr, quand il ne vendait pas son vin issu de la vallée du Rhin. Jojo lui a proposé d’essayer la Kassine et ma fois il n’avait plus trop envie de la quitter après. Nous avons pu essayer le Matavigne et après une négociation « serrée » j’ai pu une fois conduire le cheval sur le porte outil. Avec le Matavigne nous avons pu travailler le sol sur plusieurs sites avec les pointes droites de cultivateur et les queues d’hirondelle et là aussi l’agriculteur et son cheval n’avaient pas trop envie de le quitter.

Il y avait aussi des temps de démonstrations ou une grande partie du public suivait une sono sans fil (ah ! le progrès), Peter HEROLD et un jeune organisateur faisaient des commentaires sûr le travail effectué en argumentant à chaque fois les avantages du matériel PROMMATA quand nous le présentions.

Que dire de plus, le dimanche a été égal au samedi avec plus de monde encore ; il nous a manqué de la doc. en allemand. Nous avons été vraiment bien accueillis dans tous les domaines et nous sommes repartis heureux d’avoir accompli une animation qui nous permet d’argumenter et partager les idées de PROMMATA sur la traction animale.

Le passage à la frontière a été un peu mouvementé car nous étions en manque de bière et il a fallu encore chercher pour retrouver ce produit indispensable pour fêter nos retrouvailles respectives dans ce bon vieux pays qui commençait à nous manquer. C’est pour ça que nous avons passé une nuit à la belle étoile dans la garrigue méditerranéenne pour nous replonger dans les senteurs qu’on aime bien.

Cette manifestation à lieu tous les deux ans et c’est une expédition (1600 km pour y aller) qu’il faudra renouveler car les contacts pour PROMMATA sont vraiment intéressants.
Claude Sandillon


Portfolio

PNG - 1.4 Mo
CHAÎNE VIDÉO DE PROMMATA  | 
Soutenir par un don